Warning: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/9dd2fd0c2dc5f674c190cd70782a3f86/web/fse3rouen/wp-content/themes/innovation/functions.php on line 73
Hommage à Marc-Henri | III° Rouen Scout d'Europe
close

Hommage à Marc-Henri

 

Hommage à Marc-Henry

 

1965 – 1989

marchenry

Marc-Henry COMANDON a rejoint la troupe III Rouen en 1987 comme assistant chef de troupe, il arrivait d’Albi avec sa famille pour s’installer à Rouen.

C’était un assistant très dynamique qui aimait les activités un peu extrêmes (escalade, rappel, spéléo…) tout en étant un sacré boute-en-train ! il n’avait pas son pareil pour préparer des petits plats cuisinés sur le feu de bois, c’est lui qui à l’époque avait initier d’accueillir les scouts en retour d’explo avec des crêpes toutes chaudes en guise de goutter (nous en préparions une centaine !…).

Au début de l’année scoute 1988-1989, il m’a proposé le projet d’une descente en radeaux sur le Lot pour l’été 89. Avec l’aide de notre CG et de quelques parents nous avons récupéré et retapé un fourgon J7 nécessaire au transport du matériel (chambres à air, gilets de sauvetage…), la troupe possédait déjà les pagaies, il ne restait plus qu’à valider un prototype de radeau idéal pour les patrouilles ; c’est ce que nous avons fait lors du camps de Pâques 1989 sur l’Orne entre Pont-d’Ouilly et Clécy ; l’aventure pouvait commencer une fois la reconnaissance du camp faite sur place.

Nous sommes partis Marc-Henry et moi vers Albi le samedi 13 mai, nous avons été accueillis par des amis de ses parents et avons pu trouver le lieu de camp, reconnaitre le parcours de notre descente en radeaux et faire toutes les démarches nécessaires ; nous sommes repartis le lundi 15 mai (lundi de Pentecôte) en début d’après-midi. J’ai conduit jusqu’en début de soirée, ensuite Marc-Henry a pris le volant et je me suis couché à l’arrière du véhicule ; c’est en arrivant sur Rouen que nous avons été percutés par une voiture en excès de vitesse, Marc-Henry y laissa la vie.

Marc-Henry est décédé le mardi 16 mai 1989 en uniforme scout lors d’un service pour la troupe, c’est pour cela que le commissaire général de l’AGSE de l’époque a accepté que la troupe III Rouen soit appelée « Troupe Marc-Henry ». Cet été là, nous avons finalement fait un camp classique en Auvergne mais en son honneur, nous avons réalisé le camp prévu dans le Lot et la descente en radeau l’année suivante.

Je garde le souvenir d’un ami très attachant, joyeux et un peu espiègle qui a beaucoup dynamisé la troupe et qui nous manque encore.

Parmi nous, Marc-Henry a su faire régner la joie, l’amour; c’était un bon chef.
Dans la paix du Christ, sous la protection de Notre-Dame,que Dieu l’accueille dans sa maison.
Jean-Bernard CT de 1987 à 1990

 

 Son chant préféré est devenu l’hymne de la III° Rouen :

Qui peut faire de la voile sans vent ?
1.Qui peut faire de la voile sans vent,
Qui peut ramer sans rames,
Et qui peut quitter son ami
Sans verser de larmes ?

2.Je peux faire de la voile sans vent,
Je peux ramer sans rames,
Mais ne peux quitter mon ami
Sans verser de larmes.

3.Qui peut faire du pain sans levain,
Qui peut faire du vin sans raisin,
Et qui peut quitter son ami
Sans verser de larmes ?

4.Je peux faire du pain sans levain,
Je peux faire du vin sans raisin,
Mais ne peux quitter mon ami
Sans verser de larmes.

5.Qui peut voir le soleil la nuit,
Qui peut voir sans étoile,
Et qui peut quitter son ami
Sans verser de larmes ?

6.Je peux voir le soleil la nuit,
Je peux voir la nuit sans étoile,
Mais ne peux quitter mon ami
Sans verser de larmes.

7.Qui peut sortir par tous les temps,
Qui peut braver la pluie, le vent,
Et qui peut quitter son ami
Sans verser de larmes ?

8.Je peux sortir par tous les temps,
Je peux braver la pluie, le vent,
Mais ne peux quitter mon ami
Sans verser de larmes.

9.Qui peut tout laisser, tout donner,
Et Le suivre pour se sauver,
Et qui peut quitter son ami
Sans verser de larmes ?

10.Je peux tout laisser, tout donner,
Et Le suivre pour me sauver,
Mais ne peux quitter mon ami
Sans verser de larmes.