close

2011 – 2012

Le thème de l’année : Le Roi Arthur

Weekend de Haute Patrouille du 12 et 13 Mai 2012

par Baptiste, CP du Faucon

Le RDV de départ pour le WE de haute patrouille fut donné à 10h au boulingrin. A 10h15 Cyprien manquait à l’appel… En effet, il croyait le RDV fixé à 14h… Cet épisode du début sera sans commentaire ! Nous sommes donc partis au lieu de camp à Letteguives où nous avons tout de suite installé la tente et déposé nos affaires pour pouvoir ensuite partir au Val St Martin, notre lieu d’escalade. Avant de commencer à gravir les sommets nous avons d’abord cherché un lieu agréable et tranquille pour pique-niquer. En gravissant les collines de la Roque (au dessus de la vallée de Seine) nous avons découvert une petite plateforme de 4m² avec une vue imprenable sur la vallée et le château Gaillard. Cet endroit étant assez abrupt avec une hauteur impressionnante donnait quelques vertiges à certains (je ne donnerai pas de nom ! ). Après avoir terminé notre pique-nique aérien, nous nous sommes rendus au lieu que nous avions fixé à Luigi (nous le remercions d’ailleurs car il nous a permis de vivre une après-midi d’escalade formidable) pour commencer l’ascension des falaises. Nous avons retrouvé au même endroit ce cher Cyprien ! Arrivé à l’endroit prévu pour l’escalade les habitués sont montés « en tête » pour fixer les dégaines et pour nous permettre ensuite de monter en toute sécurité. Certains étaient très à l’aise notamment Paul qui nous a impressionné par son agilité et Baptiste aussi par sa rapidité et son aisance (ou pas, diront certains) et d’autres avaient un peu plus de mal mais je ne citerai là non plus aucun nom. Avec un temps magnifique, une vue imprenable et de l’escalade pour tout le monde, une après-midi formidable était assurée. Après plusieurs heures de montée et quelques frayeurs pour certains nous sommes repartis en direction de notre lieu de camp.
Arrivé au lieu les seconds ont monté la tente et les CP ont commencés la CDH avec Pierre. Lors de cette CDH nous avons avancé la préparation du camp, nous avons parlé de la progression de chacun et pour finir nous avons discuté de la troupe et des patrouilles. Après cette cour d’honneur nous avons mis en place la préparation du repas. Un bon repas s’annonçait en perspective : des crêpes salées ! Mais malheureusement notre petit Pierre P. avait oublié les crêpes. Nous avons donc réalisé une omelette… Une cuillère à soupe chacun comme ration fut un peu léger… Nous nous sommes donc après rabattu sur le 5ème : cacahuète, schtroumpfs et Fanta autour du feu, ce qui était fort plaisant. Ces petits amuses bouches finirent de nous caler excepté notre bien aimé chef de troupe qui « crevait la dalle » ! Après une prière pour remercier le Seigneur de ce temps magnifique et ces temps d’amitié partagés nous nous sommes couchés sous un beau ciel étoilé et dans de bons duvets.
Le lendemain matin, réveil puis mise en place de la préparation du petit déjeuner. Après de bonnes grosses tartines, du Nutella et un chocolat chaud nous avons fait un petit décrassage pour nous mettre dans le bain. Après ce dérouillage, nous avons rangé le coin parfaitement, lavé les gamelles et plié bagages pour prendre la direction de la messe. Arrivés à l’Eglise nous avons eu la chance d’assister à la messe des jeunes avec des chants gestués, des instruments à profusion et un prêtre déchainé avec ses maracas !! Au moment du Notre Père, nous avons eu la chance de nous faire inviter à venir autour de l’autel avec les enfants pour prier près du prêtre. Après cette célébration un petit verre de l’amitié nous remis sur pied pour reprendre la route vers Rouen et retourner chacun dans nos foyers respectifs.
Merci à nos chefs Pierre et Gilles pour leur présence et leur organisation.

WE de troupe du 3-4 Décembre 2011

par Pierre, chef de Troupe

C’était un après-midi de décembre, et la pluie semblait décidée à ne pas s’arrêter de sitôt. Cependant, les scouts de la III, tous très motivés, ne se laissèrent pas aller au découragement et le trajet Rouen-Saint Wandrille se fit dans une ambiance joyeuse. Arrivés sur place, les quatre patrouilles firent preuve d’efficacité dans l’installation de leur coin de patrouille.
Les chefs purent siffler le rassemblement de début de week-end, où ils lancèrent les scouts en course d’orientation. Chaque CP reçut un message portant le sceau du Roi Arthur, ce dernier informant ses lieutenants de la situation nationale dans la Bretagne du Vème siècle.

Lors du précédent week-end nous avions laissé Arthur adolescent, à Rome, où il effectuait ses études. De retour de la ville éternelle, la situation de la Bretagne est catastrophique : toujours aussi divisé, le pays est menaçé par l’invasion des Saxons. Arthur n’a qu’un souhait : l’unification du Royaume de Bretagne. Pour cela il devra extraire la divine épée, Excalibur, du rocher où elle est enfoncée, sur la presqu’île d’Avallon. Mais pour se rendre en ce lieu mythique, Arthur souhaite être paré de l’armure de son aïeul, pour faire impression sur les barons de Bretagne.

C’est donc l’objet de sa lettre : il ordonne à ses lieutenants Maximilianec, Carolus, Baptix et Petrus de rassembler les pièces de l’armure, dispersées dans tout le Royaume.

Nos quatre patrouilles se mirent donc en quête des pièces de l’armure. Leur quête fut longue, très longue… La patrouille du Faucon s’y illustra particulièrement.
De retour au camp, la nuit tombée depuis quelque temps déjà, les scouts s’attaquèrent à la préparation du repas en patrouille et de la veillée.
Quelques heures plus tard, nous nous rassemblâmes autour des feux, pour une veillée au cours de laquelle nous furent contées les péripéties d’Arthur, de son retour à Rome à sa rencontre avec la belle Guenièvre.
La veillée terminée nous nous rendîmes en procession, à la lueur des torches, jusqu’à la chapelle Saint Saturnin, pour la veillée de promesse. Nous y vécûmes un beau moment de prière en troupe autour des quatre aspirants, qui prononceraient leur promesse le lendemain. Chacun d’eux avait préparé une méditation sur un des articles de la loi scoute, qu’il lut devant la troupe. A l’issue de la veillée, les scouts se couchèrent, visiblement pas assez fatigués pour s’endormir tout de suite!
Quelque temps après, les scouts furent réveillés par le sifflet mélodieux de leur chef. « Messieurs, l’heure est grave » leur dit-il. En effet c’est la panique à Kaamelott : Arthur, qui vient de séduire la belle Guenièvre, a été empoisonné par le père de celle-ci, Léodagan de Carmélide, qui s’oppose à leur union. Pour le sauver, il faut lui amener le plus possible d’anti-poison, en évitant de se faire voir par les sbires de Léodagan. Galavanisés par la terrible nouvelle, les scouts s’efforçèrent donc de sauver Arthur en transportant dans leur bouche l’antidote, qui permît en fin de compte de sauver le chevalier. La patrouille la plus habile à cet exercice fut sans conteste celle du Chevreuil.
Arthur hors de danger, les scouts purent enfin goûter à un repos bien mérité.
Après une bonne nuit de sommeil, nous nous levâmes plein de courage pour affronter de nouveau le doux temps normand! Après un petit déjeuner, les chefs décidèrent de tester les compétences en camouflage de leurs scouts au moyen d’un jeu, presque traditionnel à Saint-Wandrille, au cours duquel les scouts doivent se cacher le long d’une route en étant invisible de cette route. La maîtrise fut assez impressionnée de la performance des scouts qui rivalisèrent d’imagination pour se rendre invisibles. Ceratins n’hésitèrent pas à s’enterrer pour échapper aux chefs. Mais ceux-ci, tenaces, s’acharnèrent, et seuls trois scouts parvinrent à les mettre en échec : Hubert, Pierre-Emmanuel et Pierre.
Après ce jeu de camouflage, une rapide toilette, et nous nous rendîmes à la messe à l’abbaye.
Après la messe, les quatre patrouilles se réunirent dans leurs coins de patrouilles, pour préparer le repas, tandis que les chefs terminaient d’installer le parcours Hébert commencé la veille. Le repas prêt, chaque chef fut invité dans une patrouille pour le déjeuner.

Le début d’après-midi fut consacré à un parcours Hébert. Celui-ci comportait une belle tyrolienne – que chaque scout osa faire malgré quelques réticences au départ – une barre en hauteur à passer, un ramping, une poutre bien surélevée, quelques épreuves d’adresse… L’épreuve fut remportée par la patrouille du Lièvre.

Le rangement du camp terminé, nous descendîmes au village où nous avions rendez-vous avec le Père hôtelier, qui avait accepté de bénir les promesses. Le dernier rassemblement du weekend eût donc lieu derrière l’église paroissiale. Eurent lieu pendant ce rassemblement les promesses de Wandrille, Hubert, Arnaud et Benoît, la remise de la première classe de Pierre, et la remise d’un flot pour la patrouille ayant remporté ce weekend : le Faucon.

A bientôt pour de nouvelles aventures en troupe! Les photos : cliquez ici !